Qui sommes-nous?

A travers des rencontres, suite aux projections et débats publics qui ont lieu à Saverdun, des citoyens cherchent à mettre en place des pratiques conviviales, non marchandes, dans le but de créér du lien social sur le territoire.

Derniers sujets
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


« Les plantes mutagènes sont-elles des OGM ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Les plantes mutagènes sont-elles des OGM ? »

Message par Jean Luc le Lun 9 Déc - 16:19

«  Les plantes mutagènes sont-elles des OGM ? »

Rappels techniques :


  • Un organisme génétiquement modifié OGM (pour une plante PGM) est obtenu pas adjonction d’un gène étranger au génome de l’organisme. Par exemple, un gène de bactérie à un maïs, la bactérie sécrète un insecticide, cette propriété est transmise au maïs par adjonction à son génome. Cas du Maïs-Bt, mais le plus souvent c’est une tolérance à un désherbant qui est développée, par exemple maïs ou soja tolérant au désherbant glyphosate (roundup).


  • Arrivent en ce moment sur le marché des semences des plantes mutées. Il n’y a pas ajout d’un gène étranger mais modification du génome de la plante. Technique : on «bombarde » par rayons des graines … on fait germer, on arrose d’herbicide …on analyse celles qui résistent ; on constate que c’est le génome qui est modifié : chaque protéine est constitué d’enchainement de molécules différentes (les acides aminés), la mutation est la modification de l’ordre de l’enchainement des molécules. Il s’agit bien de mutagénèse aléatoire et pas du tout dirigée. Cette technique peut se faire aussi par arrosage de certains produits chimiques.


  • La grande question est que ces plantes mutées n’ayant pas d’ajouts de gènes extérieurs, cette mutagénèse existant aussi naturellement et historiquement (sommes-nous « humains » suite à mutation ? big question !), ces plantes ne sont dons pas reconnues comme OMG et donc ….échappent à toute législation. Les semenciers disent que c’est un produit naturel ! Donc pas de contrôle, pas de suivi, pas de déclaration de mise en culture …nada.


  • Les dangers des plantes mutées (OGM cachés) :

1.Comme il n’y a aucune déclaration, ben il n’y a aucun suivi, ni des cultures, ni de la consommation, ni sur la santé, ni sur l’impact environnemental.
2.Les plantes mutées concernées sont essentiellement le colza et le tournesol, plantes éminemment mellifères, donc dissémination et pollinisation possibles. De plus le colza, non seulement se dissémine très bien (petites graines cylindriques, très mellifère, récolté en Juillet, les graines au sol germent au 1° orage, dès le 15 Août), famille des crucifères comme le brocoli, les choux, le chou-fleur, le chou chinois, le chou-rave, le rutabaga, le navet, le radis, le cresson, la roquette et le raifort, pour les légumes ; navette et colza en oléagineux mais aussi en fourrage bétail, ravenelle et moutarde des champs en herbes adventices ; en tout  3 200 espèces réparties en 350 genres … on le voit une grande famille où toutes les espèces peuvent se croiser naturellement entre elles.
3.Actuellement sur le marché, les semences sont tolérantes aux herbicides de la famille des sulfonylurées qui sont aussi utilisés pour désherber d’autres cultures, or que lit-on sur le site de BASF : « Les producteurs de céréales doivent faire face  à l’apparition d’adventices résistantes aux sulfonylurées », grosso modo les plantes résistantes ne pourront être détruites par la rotation des cultures. Les inconvénients qui sont apparus avec l’utilisation massive de glyphosate ne sont donc pas résolus.
4.Le seul moyen pour les agriculteurs de savoir ce qu’ils sèment ….c’est que ces semences sont vendues associées avec un herbicide : « Clearfield® colza est une technologie qui allie un herbicide de post levée à des hybrides de colza qui lui sont tolérants ». Actuellement ce choix, qui implique une utilisation plus massive et plus systématique de ces herbicides met directement en danger la santé des travailleurs en milieu rural, le lien entre maladies dégénératives (Parkinson…) et l’exposition aux pesticides est reconnue par la Mtualité Sociale Agricole comme maladie professionnelle. Ce pourrait être l’argument primordial pour inciter les agriculteurs à éviter ces techniques.
En conclusion, les questions persistent « A quoi servent les OGM ? A quoi servent les plantes mutées ? ». Connaissant les organismes agricoles qui sévissent en Basse Ariège il n’y a aucun doute à avoir sur l’implantation de tels colza cet automne et au printemps des tournesols. La CAPA (Saverdun, Le Vernet d’Ariège et Pamiers) et ARTERRIS, plus vers l’Aude, n’ayant pas réussi dans leurs tentatives d’imposer les OGM, reviennent à la charge avec les plantes mutées.[/size]
Enfin, signalons, pour les consommateurs, qu’il n’y a aucun étiquetage mis en place, ne laissant aucune possibilité de choix.
Quand on va sur les sites des semenciers et des fabricants de pesticides, quelle ironie, ils se sont tous mis à la mode : agroécologie, développement durable, bonnes pratiques agricoles, biodiversité et j’en passe.
Les batailles de toutes sortes qui ont été menées contre les OGM, qui ne sont pas définitivement gagnées (importations, étiquetage) vont devoir se coupler avec celles contre « les OGM cachés ».
Fichiers joints
Livret VTH_V2-3.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(2 Mo) Téléchargé 0 fois
avatar
Jean Luc
Admin

Messages : 104
Date d'inscription : 17/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum